Cinq endroits de la mythologie et du folklore japonais que vous pouvez visiter dans la vraie vie

Le Japon est riche en légendes et en contes folkloriques, dont certains sont liés à des lieux réels. Voici quelques-uns des plus célèbres qui valent vraiment le détour !

Cinq endroits de la mythologie et du folklore japonais que vous pouvez visiter dans la vraie vie

Iwate > Tono

Tono - La légende de Tono

Tono - La légende de Tono
Tono - La légende de Tono

Le kappa est l'une des créatures mythiques les plus distinctives du Japon. Par conséquent, ses légendes sont répandues dans tout le pays — cependant, c'est peut-être grâce à la ville pastorale de Tono, dans la préfecture d'Iwate, que les traditions liées au kappa sont devenues populaires à l'échelle nationale. Kunio Yanagita, l'un des folkloristes les plus importants du Japon, a recueilli les traditions orales de Tono et les a publiées sous le titre des Contes de Tono en 1912. Outre le kappa, les histoires retraçant toutes sortes de phénomènes fantasmagoriques peuvent être lues dans l'anthologie qui a, depuis, donné à Tono la réputation de «ville de folklore» du Japon.

Heureusement, le paysage de Tono conserve une grande partie de l'attrait énigmatique présent dans son livre de contes éponyme. L'un des endroits les plus célèbres est un ruisseau à côté d'un temple, qui aurait été habité par un kappa espiègle, un diablotin de l'eau doté d'un penchant pour les concombres et la chair. Le kappa tirerait son pouvoir de l'eau qui remplit le creux en forme de cuvette au sommet de sa tête. Toutefois, si jamais vous tombez sur un kappa, inclinez tout simplement devant lui. Le diablotin toujours poli vous rendra l'inclination et il perdra sa force à mesure que l'eau tombera de sa tête-cuvette.

Okayama > Okayama et Kagawa > Takamatsu

Okayama et Megijima - Momotaro

Okayama et Megijima - Momotaro
Okayama et Megijima - Momotaro

Quoique le lieu d'origine de l'un des contes folkloriques les plus aimés du Japon, Momotaro, soit contesté, il est souvent associé à la préfecture d'Okayama, où le prétendu «garçon-pêche» est considéré comme un héros local et où abondent les références à la légende. L'île ogre où la bataille décisive eut lieu serait l'île Megijima dans les environs de la préfecture de Kagawa, où les nombreuses grottes feraient une cachette parfaite pour les ogres qui avaient peur de Momotaro.

L'histoire raconte qu'un vieux couple qui désirait un enfant trouva une pêche géante flottant sur la rivière. Étonnamment, un jeune garçon surgit de la pêche et le couple l'adopta rapidement comme leur fils, le nommant Momotaro. Un jour, le garçon quitta la maison pour se battre contre certains ogres qui terrorisaient la région et, ce faisant, faisaient des alliés chez le chien, le singe et le faisan. Enfin, il se batta contre les ogres à leur île forteresse et gagna ; après quoi, l'enfant victorieux rentra triomphant à la maison chez le vieux couple et vécut, vraisemblablement, heureux pour toujours.

Miyazaki > Takachiho

Takachiho - Amaterasu et la grotte

Takachiho - Amaterasu et la grotte
Takachiho - Amaterasu et la grotte

Selon les légendes de la religion indigène japonaise, le shintoïsme, la déesse du soleil, Amaterasu, se cacha dans une grotte dans la douleur après que son frère sauvage, le dieu tempête Susanoo, a semé la panique. Le Japon a donc été privé de la lumière du soleil jusqu'à ce que les autres dieux aient conspiré pour l'attirer hors de la grotte avec un peu de danse joyeuse et provocante.

Takachiho est le lieu de la grotte légendaire d'où la déesse du soleil est apparue, et il n'est pas difficile de voir comment cette région, avec se gorge, ses rivières, ses cascades et ses forêts vierges, pourrait être le théâtre de certains des mythes fondateurs les plus importants du Japon. Chaque soir, au sanctuaire de Takachiho, une reconstitution du mythe sous la forme d'une danse appelée «yokagura» est réalisée pour les visiteurs. On ne peut pas entrer dans la grotte elle-même, car elle est sacrée ; mais les visiteurs peuvent voir la grotte à partir d'un point d'observation en demandant au personnel du sanctuaire d'Amanoiwato.

Aomori > Mutsu

Mont Osore - Sai no Kawara

Mont Osore - Sai no Kawara
Mont Osore - Sai no Kawara

Dans la tradition bouddhiste japonaise datant de plusieurs siècles, les âmes des enfants décédés prématurément sont envoyées à une sorte de purgatoire à Sai no Kawara, un lit de rivière de la pègre situé à l'entrée de l'enfer. Dans une tentative de construire assez de mérite pour avancer, les enfants sont chargés de la construction de petites tours de pagode de cailloux — seulement pour se voir chassés par des ogres épouvantables et voir leurs efforts détruits. Cependant, Jizo, un bodhisattva et gardien d'enfants, vient à leur secours — surveillant les pauvres enfants alors qu'ils essaient de nouveau.

Il existe effectivement quelques endroits au Japon qui prétendent être le site de ce conte - en d'autres termes, le site d'une entrée de l'enfer. Le mont Osore, c'est-à-dire la Montagne de la peur, illustre vraiment cette situation - c'est aussi l'une des trois montagnes les plus sacrées au Japon. La faible activité volcanique dans la région donne à la montagne un paysage austère, et des évents à vapeur et des piscines bouillonnantes sont disséminés partout. La montagne est aussi un lieu de pèlerinage pour les parents qui pleurent la perte de leurs enfants, qui laissent des moulinets de couleur vive et qui construisent des petites tours de pierres dans leurs prières à Jizo.

Shizuoka > Shizuoka

Pinède de Miho - La Légende de l'Hagoromo

Pinède de Miho - La Légende de l'Hagoromo
Pinède de Miho - La Légende de l'Hagoromo

La légende de l'Hagoromo retrace l'histoire d'un pêcheur qui tombe sur un beau hagoromo (robe de plumes), pendant qu'un jour il part pêcher. En le prenant, une jeune fille céleste apparaît et exige qu'il le retourne immédiatement, sinon elle ne pourra pas retourner au ciel. L'homme l'oblige à danser la danse du ciel ; elle enfile son manteau de plumes et danse avec tant d'élégance que le pêcheur reste hypnotisé comme elle s'envole à son domicile céleste.

Comme pour de nombreux contes populaires japonais, il existe plusieurs endroits au Japon qui considèrent leur paysage comme le théâtre de la Légende de l'Hagoromo. Sans doute, le plus célèbre de ces lieux est la Pinède de Miho dans la préfecture de Shizuoka où un tronçon de pins noirs contraste nettement avec la mer, offrant une vue merveilleusement pittoresque sur le mont Fuji. Il est facile d'imaginer une jeune fille céleste remontant vers le ciel à partir d'un tel décor, qui a inspiré des poètes et des artistes depuis des siècles et des siècles. Le site comprend un vieux pin reconnu comme celui-là même sur lequel la jeune fille accrocha sa robe, ainsi qu'un sanctuaire où un vestige de la robe serait gardé. Chaque octobre, une pièce de théâtre nô basée sur le conte est jouée ici la nuit à la lueur du feu.

Retourner à Rakuten Travel