14 façons de passer un très beau Nouvel An au Japon

Le Nouvel An, ou « Oshogatsu », est sans aucun doute la plus importante célébration au Japon. Du 29 décembre au 3 janvier, les plupart des Japonais sont en congés ou en vacances scolaires pour profiter de la saison en passant des moments privilégiés avec leur famille et leurs amis. Voici 14 astuces pour célébrer le Nouvel An selon la tradition japonaise !

14 façons de passer un très beau Nouvel An au Japon

26 - 28, 30 décembre

Créez une ambiance festive avec des décorations du Nouvel An

Créez une ambiance festive avec des décorations du Nouvel An
Créez une ambiance festive avec des décorations du Nouvel An

Jusqu'au 25 décembre, le Japon est entièrement éclairé de lumières et d'autres décorations de Noël. Cependant, dès que le 26 décembre arrive, les décorations de Noël sont retirées et sont remplacées par les décorations du Nouvel An. Parmi les ornements traditionnels, vous remarquerez peut-être les « kagamimochi » : deux gâteaux de riz empilés l'un sur l'autre avec une orange daidai sur le dessus ; les « kadomatsu » : des assemblages de bambou et de pin placés aux entrées ; et les « shimenawa » : des ornements faits de corde souvent placés aux entrées pour repousser les mauvais esprits. Il est aussi courant de voir des décorations mettant en scène l'animal du zodiaque de l'année à venir ; 2016 est l'année du singe.

26 - 28, 30 décembre

Préparez des gâteaux de riz mochi à l'ancienne

Préparez des gâteaux de riz mochi à l'ancienne
Préparez des gâteaux de riz mochi à l'ancienne

Les mochi, des gâteaux de riz faits de riz gluant, sont l'un des points forts de la cuisine et des décorations du Nouvel An. Parce que la préparation des mochi est un travail pénible, elle se fait désormais principalement à la machine ; mais pour le Nouvel An, seuls les mochi préparés à l'ancienne, les « mochitsuki », feront l'affaire. Comment sont-ils préparés ? Le riz mochi, qui a été laissé à tremper dans l'eau toute la nuit avant d'être cuit, est martelé à plusieurs reprises à l'aide d'un gros maillet en bois jusqu'à ce qu'il atteigne la consistance collante et élastique désirée ; il est ensuite mis en forme pour la consommation. Les fournées de mochi sont habituellement préparées les jours qui précèdent le réveillon du Nouvel An et sont présentées sous la forme de décorations kagami-mochi et de plats comme l'ozoni.

31 décembre

Dégustez le soba toshikoshi pour le réveillon du Nouvel An

Dégustez le soba toshikoshi pour le réveillon du Nouvel An

Signifiant littéralement soba « de la nouvelle année », le soba « toshikoshi » est le dernier plat de l'année dégusté au Japon. Ses fonctions sont à la fois pratiques et symboliques ; la préparation du Nouvel An prend tellement de temps qu'un simple plat de nouilles de sarrasin permet d'alléger la charge de travail. Il semble que la signification symbolique ait été ajoutée après coup. Elle varie selon la personne avec qui vous discutez, mais la plupart des gens croient que les nouilles longues instillent la longévité. On croit aussi que vous inviterez la malchance si vous ne terminez pas toutes les nouilles avant l'arrivée de la nouvelle année.

31 décembre

Faites sonner la nouvelle année (littéralement) au temple

Faites sonner la nouvelle année (littéralement) au temple

La plupart des traditions du Nouvel An au Japon sont des rites de purification. Ce rituel, appelé en japonais « joya no kane », a lieu dans les temples bouddhistes de l'ensemble du pays, le dernier jour de l'année. La cloche du temple est sonnée 108 fois, symbolisant les 108 tentations terriennes enseignées dans le bouddhisme. Cet acte est ainsi une façon de se libérer de ces pêchés avant de commencer la nouvelle année du bon pied. Certains temples permettent aux visiteurs de sonner la cloche du temple après la fin du rituel. Le faire permettrait, dit-on, d'apporter la bonne fortune.

1 janvier

Regardez le premier lever du soleil de la nouvelle année

Regardez le premier lever du soleil de la nouvelle année

Au « pays du soleil levant », il n'est pas étonnant que de nombreux Japonais soient convaincus de la qualité surnaturelle du premier lever du soleil de l'année, ou « hatsuhinode ». On dit que faire une prière pour la première fois face au soleil se levant à l'horizon lors de la nouvelle année permet d'attirer la chance, particulièrement dans les lieux offrant une vue magnifique sur le soleil levant. De nombreuses personnes iront dans les montagnes ou sur la plage, en attendant le lever du soleil et le commencement d'une nouvelle année.

1 au 3 janvier

Festoyez, faites la fête et régalez-vous

Festoyez, faites la fête et régalez-vous
Festoyez, faites la fête et régalez-vous

Il existe deux types principaux de cuisine lors des festivités du Nouvel An au Japon : « osechi » et « ozoni ». Elles sont bien sûr toutes les deux délicieuses.

La cuisine osechi remonte à l'époque de Jeian (795-1185). Les Japonais étaient à cette époque particulièrement supersitieux, et croyaient qu'il portait malheur de cuisiner ou d'utiliser le foyer pendant les 3 premiers jours de la nouvelle année. C'est pourquoi toute la nourriture devant être consommée pendant cette période devait être préparée à l'avance avant que la nouvelle année ne commence. C'est pourquoi les plats se conservant bien au-delà de quelques jours sont essentiels à la cuisine osechi : les plats mijotés, les plats préparés à base d'ingrédients séchés, et les aliments marinés constituent le noyau principal du festin du Nouvel An. De plus, chaque plat possède une signification symbolique liée à la longévité, la bonne santé, la fertilité, la joie et plus--améliorant la bonne fortune de celui qui les consomme.

La cuisine ozoni a vraiment commencé avec les samouraïs sous la forme d'un ragoût nourrissant qui pouvait être préparé sur le champ de bataille, et son association avec le Nouvel An a débuté au 16e siècle vers la fin de l'époque de Muromachi. Le principal ingrédient qui compose la cuisine ozoni est le gâteau de riz mochi. Au-delà, le plat est interprété librement--il existe des variations innombrables du bouillon utilisé pour l'ozoni et des autres ingrédients utilisés dans la soupe, selon la région et le foyer.

1 janvier

Portez un toast à la nouvelle année avec du saké médicinal

Portez un toast à la nouvelle année avec du saké médicinal

Une tradition que l'on retrouve principalement dans les régions de l'Ouest du Japon, le saké médicinal, ou toso, est bu le matin de la nouvelle année par tous les membres de la famille avec un service de 3 assiettes creuses empilées les unes sur les autres. Le saké contient une variété d'herbes, et on dit de celui qui le boit que sa mauvaise fortune de l'année passée sera éliminée, avec des promesses de longévité et de bonne santé. Le rituel se fait davantage pour la cérémonie que pour étancher sa soif, quelques petites gorgées sont suffisantes.

1 au 7 janvier

Faites votre première prière de l'année dans un sanctuaire ou un temple

Faites votre première prière de l'année dans un sanctuaire ou un temple

Au cours des trois premiers jours du Nouvel An, même les Japonais qui ne sont pas particulièrement croyants ou spirituels iront dans un sanctuaire ou un temple pour la première prière de l'année ; c'est tout simplement une tradition. À ce moment de l'année, vous trouverez des foules de gens faisant la queue pour faire une petite offrande (cinq yens apporteront le plus de chance) à la divinité du sanctuaire en prononcant mentalement leurs vœux pour la nouvelle année. Puisqu'il peut faire assez froid, de nombreux sanctuaires offriront aussi de l'«amazake » gratuit, une boisson douce et sucrée faite de riz fermenté généralement servie chaude. Les visiteurs tireront aussi au sort pour recevoir une prédiction écrite de l'année à venir, et achèteront des amulettes et des talismans pour la nouvelle année, en rapportant ceux de l'année précédente pour qu'ils soient brûlés lors d'une cérémonie formelle.

1 au 7 janvier

Découvrez ce que cette année vous réserve avec un « omikuji »

Découvrez ce que cette année vous réserve avec un « omikuji »

L'une des traditions du Nouvel An les plus populaires au Japon consiste à tirer au sort pour recevoir une prédiction écrite au temple ou au sanctuaire, appelée « omijuki », pour découvrir si la chance sera au rendez-vous cette année. Une personne peut généralement recevoir une centaine de prédictions différentes (voire davantage), chacune d'entres elles lui offrant une description précise de la chance (ou de la malchance) que l'année lui réserve, avec des détails concernant les finances, la santé, l'amour et plus. Si vous recevez une prédiction de malchance, il est courant de l'attacher à un endroit designé du temple ou du sanctuaire dans l'espoir de l'éviter.

1 au 7 janvier

Achetez un « omamori » pour la bonne fortune

Achetez un « omamori » pour la bonne fortune

L'omamori est un terme utilisé pour désigner l'ensemble des amulettes et des talismans achetés traditionnellement aux sanctuaires et aux temples. Des omamori différents existent pour une large éventail d'intentions--qu'il s'agisse de repousser les mauvais esprits, de rencontrer l'amour de votre vie, d'améliorer vos finances, d'assurer une bonne naissance, etc. Ils prennent aussi des formes variées--l'omamori le plus commun est une petite pochette de brocart (ne l'ouvrez pas ou vous diminuerez son efficacité !), mais il existe aussi des flèches repoussant les démons ( « hamaya » ). Ne brûlez jamais une amulette, un talisman ou une breloque ! Si vous devez vous en débarrasser, déposez-le dans un temple pour qu'il soit brûlé lors d'une cérémonie formelle.

1 au 7 janvier

Donnez des enveloppes d'argent aux enfants

Donnez des enveloppes d'argent aux enfants

Bien que l'échange de cadeaux à Noël soit relativement peu courant au Japon, les enfants ne sont pas lésés--les enfants japonais reçoivent de l'argent grâce aux « otoshidama », des petites enveloppes à motifs remplies d'espèces sonnantes et trébuchantes. Les enfants reçoivent généralement des otoshidama de leurs parents ou d'autres membres de leur famille, avec un montant qui augmente progressivement au fur et à mesure qu'ils approchent de l'âge adulte (tous les enfants d'une même famille recevront habituellement le même montant pour ne pas les offenser). Cela pourrait sembler un peu impersonnel, mais les enfants sont libres de dépenser leur nouvelle fortune comme bon leur semble.

1 au 3 janvier

Profitez des activités et des jeux traditionnels

Profitez des activités et des jeux traditionnels
Profitez des activités et des jeux traditionnels

Il y a de nombreuses façons de célébrer la nouvelle année au Japon, lesquelles varient souvent d'un foyer à l'autre. On trouve parmi celles les plus connues et les plus populaires des jeux traditionnels comme l'«hanetsuki », un jeu ressemblant au badminton avec des raquettes décoratives en bois, ou des plateaux tournants en bois, des cerfs-volants, ou encore le « karuta », un jeu de cartes ancien. D'autres activités traditionnelles, comme la calligraphie et la lecture de poésie, sont aussi courantes. Aller écouter des interprétations de la neuvième symphonie de Beethoven est une activité populaire chez les personnes plus âgées, qui a curieusement développé une forte association avec la nouvelle année au Japon. Certaines familles, cependant, se contentent de jouer à de jeux de société et de profiter de bons moments passés ensemble.

1 au 3 janvier

Assistez à la danse du lion traditionnelle

Assistez à la danse du lion traditionnelle

Les danses du lion, ou « shishimai », ont été importées au Japon à l'époque de la dynastie Tang, mais elles ont depuis été complètement intégrées dans la culture japonaise, avec des différences de style selon les régions. Le shishimai a lieu dans les sanctuaires et dans d'autres lieux dans tout le Japon lors des célébrations du Nouvel An, accompagné de musique festive. Le lion pourrait semblait un peu féroce, mais on dit que l'enfant « mordu » à la tête par le lion profitera d'une année de bonne santé.

2 janvier

Réjouissez-vous de votre premier rêve de la nouvelle année

Réjouissez-vous de votre premier rêve de la nouvelle année

Depuis l'époque d'Edo (1603-1868) au moins, les Japonais accordent beaucoup d'importance au premier rêve de la nouvelle année. Faisant traditionnellement référence au rêve de la nuit du 1er au 2 janvier (puisque les gens restent éveillés la nuit précédente et ne vont pas se coucher), on dit que le contenu de votre rêve prédit la chance que vous aurez pour le reste de l'année. Si vous rêvez du Mont Fuji, d'un aigle ou d'une aubergine, vous ferez partie des plus chanceux !

Retourner à Rakuten Travel